expérimentation barrage de la RanceEn janvier 2018, La French Tech Rennes St Malo a lancé, en partenariat avec EDF, un appel à projets auprès des startups françaises sur le sujet de la sécurité autour du barrage de la Rance.

Le 11 avril, après une sortie en mer à la découverte du barrage de la Rance, une dizaine de startups ont rejoint le restaurant L’Extra-Muros pour pitcher leurs projets.

Parmi les réponses à l’appel à projets, deux grandes tendances : la surveillance par drones et l’analyse d’images par photographies fixes et flux vidéo. Timothée Michon (Tenevia) a notamment proposé l’utilisation d’un réseau de caméras pour faire de la détection en amont et en aval du barrage : « L’idée, c’est d’identifier et d’alerter les opérateurs en temps réel sur les éventuelles intrusions dans les zones interdites à la baignade et à la navigation. »

Des projets plutôt étiquetés IoT ont également été mis en avant : Guillaume Delai a fondé OgoXe, une startup basée dans le sud de la France qui développe des solutions d’alertes et de prévisions des crues via des objets connectés : « Nous positionnons des capteurs qui calculent la montée des eaux et nous déployons des objets connectés capables de prévoir les dangers immédiats et les dangers à venir ». La plus-value de cette solution ? Sa capacité à fonctionner en mode dégradé, c’est à dire quand il n’y a plus de réseau électrique, plus de réseau internet, plus de réseau téléphonique…

InPixal et Flex Sense : grands lauréats de cette journée !

« Le jury va maintenant se retirer pour délibérer ! » Légère montée de stress pour nos 11 candidats du jour. Pour patienter, les différentes startups ont de nouveau pitché leurs projets face à un parterre composé de journalistes et de passionnés. En 3 min montre en main.

Lors du retour du jury, c’est Antoine Malafosse, directeur de l’usine marémotrice de la Rance, qui annonce le nom des deux startups retenues par le jury : InPixal, une entreprise spécialisée dans l’analyse et le traitement d’images, et Flex Sense, une société proposant la mise en place de bouées connectées. En déplacement au festival à Web A Québec, ces derniers ont pitché en visioconférence depuis l’événement !

Parmi les critères de sélection du jury : la cybersécurité et la rapidité de déploiement de la solution. « Aujourd’hui, la cybersécurité est un gage primordial pour les grandes sociétés comme EDF ! » explique Patrick Erard, délégué général du Pôle d’Excellence Cyber basé à Rennes. Gérard Le Bihan, directeur du Pôle Images & réseaux, complète en précisant l’importance d’une mise en place rapide des solutions proposées : « Des opérationnels du barrage étaient présents aujourd’hui. Il faut que les solutions apportées puissent être utilisées rapidement dans la vie de tous les jours. »