Joël HAMEL, Vice-Président de Saint-Malo Agglomération en charge de l'enseignement supérieur et de la Recherche

Joël HAMEL, Vice-Président de Saint-Malo Agglomération en charge de l’enseignement supérieur et de la Recherche

Amener plus de jeunes vers l’enseignement supérieur et développer les formations qui correspondent aux besoins locaux

Le Schéma Local de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche n’est pas un document « hors sol ». Nous avons travaillé en concertation avec la Région, l’Éducation Nationale, les établissements…
Tous les acteurs de la formation  ont été mis autour de la table : chefs d’établissements, dirigeants d’entreprises, acteurs du numérique, institutionnels. Et il en est sorti une feuille de route claire, chiffrée, listant 36 actions à mener, adoptée à l’unanimité au Conseil Communautaire.
Les ambitions ont été définies en fonction des problématiques du territoire : il faut amener plus de jeunes vers l’enseignement supérieur, être plus attractifs pour les étudiants, développer des formations correspondantes aux besoins locaux, et accompagner la recherche. Nous sommes dans le concret : le schéma préconisait l’ouverture d’un BTS Biotechnologies, il ouvrira à la rentrée 2017.

Développer nos actions au service de l’enseignement supérieur et de la recherche

Compétente depuis 2013, Saint-Malo Agglomération anime l’écosystème local grâce à des partenariats, des actions concrètes et de nombreuses rencontres avec les chefs établissements.
Aujourd’hui, l’Agglomération souhaite intensifier sa politique en matière d’enseignement supérieur, et plus particulièrement les actions en direction des 2000 étudiants du territoire.
Objectif : construire, à une échelle plus cohérente et plus ambitieuse, l’attractivité du territoire en matière d’enseignement supérieur.

Feuille de route de ce vaste chantier, le Schéma local de l’Enseignement Supérieur prévoit notamment le développement des offres de formation, l’aménagement d’un campus universitaire agréable, l’animation de la vie étudiante, le développement de l’accès aux études post-bac ou encore le soutien aux activités de recherche.

 

Notre Schéma Local Enseignement sup & Recherche détaillé

Notre Schéma Local Enseignement sup & Recherche détaillé

4 grands principes fondateurs

Saint-Malo Agglomération appuie son Schéma local de l’enseignement supérieur sur 4 grands principes fondateurs :

  • L’élaboration d’un plan d’action à l’échelle d’un territoire plus vaste que celui de Saint-Malo Agglomération, et donc l’élargissement de la réflexion à l’échelle du Pays de Saint-Malo et du Pays de Dinan, soit 153 communes ;
  • Des efforts concentrés sur le continuum « Bac – 3 / BAC + 3 », visant à encourager les lycéens à poursuivre leurs études post-bac ;
  • Une priorité donnée au développement endogène en matière d’évolution de l’offre de formation, en s’appuyant sur les établissements ancrés territorialement ;
  • Et un soutien au développement des filières stratégiques du territoire, qui correspondent au tissu économique local : activités en lien avec la mer, focus sur le digital, métiers liés au tourisme et à l’industrie.

 

4 ambitions

4 ambitions fortes guident aujourd’hui son plan de 36 actions concrètes :

  • Développer et adapter la carte des formations en s’appuyant notamment sur les filières stratégiques du territoire. Ainsi, l’ouverture d’un BTS Biotechnologies en apprentissage à la rentrée 2017 répond au besoin exprimé par les entreprises locales, qui rencontraient des difficultés à recruter des techniciens de laboratoire ;
  • Développer l’attractivité du territoire pour les étudiants : à titre d’exemple, des chéquiers « Activ’Etudiant » proposant 9 activités culturelles et sportives sont offerts aux étudiants de première année. Une journée sport et culture est également organisée à la rentrée (rallye sportif, concerts…) ;
  • Renforcer l’accès à l’enseignement supérieur des jeunes du territoire : le projet MaloSUP répond à cette ambition, en développant l’appétence des jeunes de bac pro pour l’enseignement supérieur ;
  • Accompagner les dynamiques en matière de recherche, comme le projet porté par l’ENSM, l’IUT et le Lycée Public Maritime Florence Arthaud, pour étudier la faisabilité de l’implantation d’un banc d’essai moteur deux temps sur le territoire.

36 actions et plus de 2,3 millions d’euros engagés d’ici à 2019

Pour plus de cohérence, un suivi régulier de ces 36 actions est réalisé avec les chefs d’établissements et les organismes de tutelle. Un budget significatif de plus de 2,3 M€ (868 000 € de fonctionnement et de 1,48 M€ d’investissement) est consacré à la mise en place de ces actions conduites d’ici à 2019.